1. Les réseaux sociaux, c’est pour les jeunes

Si seulement c’était vrai…

56% de la population française utilise Facebook.  L’âge minimum d’inscription est 13 ans. 48% des des 18-34 ans consultent Facebook dès le réveil. Certes, les usagers les plus dévoués sont dans ces tranches d’âge mais des utilisateurs bien plus âgés les rejoignent. De plus, ces 18-34 ans vont vieillir et continueront à utiliser massivement les réseaux sociaux.

Quant à l’animation des réseaux, c’est juste de dire que les plus jeunes les manient avec le plus de facilité. Mais tous peuvent y arriver avec un minimum de formation.

2. Si on est sur les réseaux sociaux, on risque le bad buzz.

Le bad buzz, c’est cette déferlante d’avis et de commentaires négatifs qui inonde vos comptes et le net après un événement négatif. Il est rassurant d’imaginer qu’on n’y échappe en ne fréquentant pas les réseaux sociaux. C’est malheureusement tout à fait faux car le monde d’internet continue à tourner avec ou sans vous. Vous pouvez tout à fait être victime d’un bad buzz sans être présent sur Facebook; la seule différence est que vous n’en aurez pas connaissance immédiatement et laisserez la situation se gangréner jusqu’à la baisse de fréquentation en boutique ou la baisse des ventes de votre produit.

Etre sur les réseaux sociaux, c’est également faire une veille sur votre marque et capter rapidement les changements. Vous pouvez ainsi réagir avec la rapidité qui sied à ce mode de communication et limiter le contrecoup.

3. Je n’ai rien d’intéressant à dire sur Facebook

En effet, si vous n’êtes pas accoutumé à utiliser cette plate-forme sociale, l’idée d’étaler ses états d’âmes peut paraître intimidante. Mais attention, il faut distinguer l’usage personnel et professionnel. Et puis, êtes-vous si sûr de n’avoir rien d’intéressant à dire? Votre communication professionnelle sur les réseaux sociaux doit être réfléchie et pertinente. Cela n’exclut pas de parler de vous et de partager une ambiance « coulisses » qui intéresse énormément vos clients. Mais votre communication sera prévue selon une ligne éditoriale qui garantira une cohérence et fidélisera vos followers (tous ceux qui vous suivent). Dans tous les cas, un article potentiellement polémique devra être pesé. Si vous avez le droit d’avoir les opinions que vous voulez, leur partage en ligne peut vous reserver un vilain coup de boomerang et nuire gravement à votre entreprise. C’est pour ça qu’on sépare bien les comptes personnels et professionnels. Mais rassurez-vous, votre vie d’entrepreneur a tout d’une aventure passionnante. N’hésitez pas à la partager!

4. Les réseaux sociaux, c’est un moyen de faire de la publicité gratos

C’est probablement l’idée reçue la plus fausse. Les internautes se rendent sur Twitter, Facebook, Instagram pour se divertir. Lorsque vous regardez un film, appréciez-vous les interruptions par les publicités? Iriez-vous délibérément sur une chaîne qui ne diffuse que de la publicité? Probablement pas (à moins d’être accro au télé-achat).

Sur les réseaux, c’est pareil, sauf qu’un simple clic suffit à se désinscrire. C’est la sanction immédiate pour un contenu jugé inintéressant. Est-ce que cela signifie que toute publicité est prohibée dans votre fil d’actualité? Bien sûr que non. Si vous avez constitué patiemment une communauté fidèle, vos quelques publicités seront reçues favorablement. Mais ces messages commerciaux seront minoritaires. Bien que les avis divergent, un règle existe. C’est la règle des 80/20. 80% de posts ciblant les intérêts des internautes et 20% d’articles promotionnels. Bien d’autres règles ont fait leur apparition mais on revient toujours à peut près au même constat: les réseaux ne sont pas faits pour inonder les visiteurs de pubs.

5. Il faut être présent sur tous les réseaux sociaux

Grand Dieu non! Et tant mieux. Bien administrer des comptes prend du temps. Il faut prendre le problème à l’envers. Sur quels réseaux vont vos clients? Si vous visez des très jeunes, Snapchat sera à privilégier. Vous vendez des produits culinaires ou fashion? Foncez vers instagram. Dans tous les cas, le « minimum vital » reste Facebook. Renseignez vous sur les habitudes de vos clients et retrouvez les où ils se trouvent.

6. Instagram ne sert qu’aux photographes

Oh que non!

Bien sûr, si vous êtes comptable, ce ne sera peut être pas votre plate-forme de prédilection. Mais elle n’est pas réservée aux photographes. Il s’agit d’un mode de communication presque exclusivement visuel donc qui sera plus adapté à des produits/concepts qui peuvent être immortalisés. Les thèmes récurrents sont la nourriture sous toutes ses formes, la mode, les voyages, les célébrités, les arts créatifs, le sport… Et  oui, vous avez peut être bien votre place sur « Insta ».

7. Il faut payer sur Facebook pour atteindre tous ses fans

Ceci n’est pas tout à fait exact bien que l’on puisse constater que, par exemple, si on a 1000 fans, ceux ci ne voient pas tous votre post. Comment l’expliquer? La raison se trouve dans l’algorithme qu’utilise Facebook pour décider si oui ou non c’est pertinent d’afficher votre message sur le mur de vos followers. Rappelez-vous que Facebook ne vise qu’une chose: que chacun trouve un contenu qui l’intéresse. Après de complexes calculs, il décidera si votre post est plus important que les photos de bébé de la meilleures amie ou la vidéo de la dernière passe de Neymar. Si vous souhaitez offrir une plus grande portée à votre post, oui, vous pouvez « booster » la publication (contre espèces sonnantes et trébuchantes) afin de garantir de pouvoir rivaliser avec les stars de la ligue 1.

8. On peut publier un post dès qu’on a quelque chose à dire

C’est un peu plus difficile que ça. Pour mettre toutes les chances de son côté dans la course à la visibilité, il convient de publier aux moments les plus propices. Comme un post récent sera affiché en priorité, il est important de publier pile lorsque les followers sont connectés. Fort heureusement, la plupart des plateformes proposent des statistiques permettant de connaître ces informations et des outils existent pour programmer les publications. Vous n’êtes pas seuls!

9. On alimente les réseaux sociaux quand on peut

Publier de manière trop sporadique limitera la croissance de votre communauté. Rien de contribue plus à augmenter votre nombre de fans que de la régularité de vos publications. Un mot gentil en début de semaine et une phrase pour souhaiter un bon weekend vous aident à garder le rythme. Rappelez-vous qu’il s’agit d’un réseau « social » donc les preuves de sociabilité sont bienvenues.

10. C’est bien trop long de faire des vidéos, des photos, réfléchir à des publications

Ce n’est pas entièrement vrai (ni entièrement faux). Sachez également vous appuyer sur du contenu existant: c’est surprenant comme un GIF fait des miracles s’il est accompagné de la phrase adaptée. Maintenant, c’est vrai que vous ne pouvez pas vous contenter de reposter le travail des autres en permanence. Si vous ne vous sentez pas l’âme d’un photographe/vidéaste/graphiste, il peut être judicieux de se faire accompagner jusqu’à ce que vous ayez trouvé votre rythme de croisière. Pas d’inquiétude, on ne nait pas « expert des réseaux sociaux ». Mais avec un peu de travail, tout le monde peut y arriver!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *